Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  
 Prénom  Ju  Nom  
 Age  25  Minimessages  Envoyer un message
 But du voyage  WH Visa  Durée du séjour  1 an
 Date de départ  14/09/2006   Note: 4,4/5 - 39 vote(s).
 Description : Un voyage au bout de mes rêves... ou plutôt au bout du monde !

Je pars vers ce monde si lointain, à la recherches de la beauté, de la simplicité, du rêve eveillé... ou tout simplement de moi-même...

[ Diaporama ]

[ Diaporama Flash ]

[ Vidéos ]

[ Suivre ce carnet ]

[ Derniers commentaires ]

[ Le trajet de Ju ]

[ Mes liens favoris ]

 Localisation : Australie
 Date du message : 13/05/2007
Page précédente Page suivante Retour liste messages Imprimer
 L’incroyable est arrivé et le début de mon nouveau taff

Nous somme donc samedi… Je suis avec Flavien pour essayer de nous trouver un nouveau sac de voyage. Vue que nous en voulons un tous les deux, on se dit qu’il y a moyen de faire baisser le prix. On s’essaye à plusieurs magasins, on s’arrête à un centre commercial sur le chemin de Perth, mais on n’y trouve rien. On finit par arriver au centre de Perth, et là, il est déjà presque 17h, on se pointe à un magasin de randonnée, et on commence a essayer les sacs un par un, mais manque de pôt, le magasin ferme à 17h, et on se fait vite viré. Heureusement qu’il ouvre demain, du coup on reporte ça à demain. Du coup, on retourne vers Northbridge, là où est Romain, on achete un pack de bieres, et on le rejoint à son backpacker. On passe un petit moment tous les trois, puis il est l’heure de rejoindre les autres qui nous attendent je ne sais où. Je pense que c’est la dernière fois que je vois Romain… Qui vivra verra ! On rejoint donc les autres, puis nous partons en direction de l’appart d’Antoine, où on doit se faire le barbecue. Chose que l’on fait, tranquilou, pendant quelques heures, autour de verres de vins et du feu. On finit tout de même par motiver tout le monde à bouger en ville, histoire de faire un peu la fête, surtout que pour Mars, Sarah et moi, cela risque d’être la dernière avant un bon moment. Du coup, on s’entasse tous dans la voiture, et nous voilà parti en direction du Mustang. Bon, ça commence assez mal vu qu’on doit se taper une bonne demi-heure de queue… Mais on finit tout de même par arriver à l’intérieur… Où, de suite, on retrouvre Romain… Comme quoi… Janine nous a également rejoint juste avant qu’on entre, parfait timing !!! Une fois dedans, je commande mon eternelle pint de bière, et un verre de rouge pour Janine. On commence à danser en cercle, Flavien est assailli par les femmes, c’est impressionnant !! Comme si elles sentaient qu’il n’est pas disponible et qu’elles sont attirées comme des mouches !! Après s’être battu avec une australienne pour qu’elle lui rende sa casquette, repousser nombre d’autre et fait semblant d’être gay avec lui, je finis par arrêter de rester autour de lui… Je commence alors à danser un peu avec Janine qui est, il faut bien le dire, déjà bien pêtée !! On commence à danser, de plus en plus rapprochés, et là… l’invraisemblable est arrivé !!!! L’incroyable !!! L’innatendu au possible !!! Je finis par… ENFIN… embrasser Janine !! Qui est, pour ceux qui ont suivi l’épisode de Melbourne (janvier, pas le retour…) complétement inespéré… Mais ça a finis par arriver !!! J’arrive pas à y croire !! D’ailleurs ça fait bien marrer Mars et Flavien à qui j’avais un peu raconté les aventures de la Janine !!! Mais j’y suis enfin parvenu !!! Je la ramène donc à son backpacker car elle est fatiguée, mais rien ne se passe de plus… Ce qui est loin de m’abattre vu que je suis enfin arrivé à quelque chose d’incroyable !

Quoi qu’il en soit, je retourne vite au Mustang, et une fois devant, je vois tous les autres qui sont en train de se barrer pour se rentrer… Parfait timing une fois encore !!! Surtout qu’il y a presque une heure de marche pour rentre à la maison, et que je suis incapable de retrouver le chemin tout seul ! Du coup on se rentre, tous les quatre, à moitié bourés, faisant courses de caddies sur le chemin et racolage de chats errants, pour finalement arriver à la maison. Ce soir, je dors dans l’appart d’Antoine, sur le canapé, Flavien prend l’autre. Mais c’est sans compter sur ses collocs qui viennent, l’un après l’autre, me taper la discut ! Du coup, pas moyen de fermer l’œil avant… tard !! Mais je finis par y arriver, tard, mais j’y arrive quand même !

 

Nous sommes déjà dimanche, dernier jour avant de commencer à bosser… Flavien me reveille, nous sommes en fin de matinée, et une fois le petit-déj enfilé, on se conduit, tous les six, en ville, où chacun fait ses derniers préparatifs. Flavien et moi fonçons direct au magasin de randonnée, où l’on y passe un long, très long moment à essayer les sacs dans tous les sens, les démonter, les remonter, pour finalement, enfin, en choisir un… Tous les deux le même d’ailleurs. Le vendeur est un gros con, on arrive à peine à gratter $5 par sac… Heureusement que c’est ici qu’ils sont moins cher ! Mais ça y est ! J’ai mon sac ! Et on finis donc par tous se retrouver pour aller manger, au « food court », là où se trouve des tas de boutiques différentes pour manger le midi… eeuuuh… je choisis Hungry Jacks… me disant que c’est peut-être le dernier avant un long moment ! On change pas une équipe qui gagne ! Puis on finis par se bouger de Perth, en fin d’après-midi, direction Lancelin ! Petit arrêt pour acheter de quoi bouffer pour la semaine, et on finis par se rentrer chez Flavien vers le coucher du soleil, où l’on passe notre dernière soirée de vacanciers ! Nous devons nous lever le lendemain matin à… 6h… aarrgghhh !

 

La nuit fut bizarrement courte… j’ai un p’tit peu perdu l’habitude de me lever si tôt moi !! Mais nous voilà debout, tous les trois, comme au bon vieux temps de Cobram… 7h tapante, un gros 4x4 s’arrête devant chez nous (enfin chez Flavien mais bon…), c’est le boss qui est là, accompagné de celui que l’on déduit être son fils vu la ressemblance ! On commence à faire route, sur le chemin une autre voiture nous rejoint, pleine de travailleurs vraisemblablement. Et après bien trois quarts d’heure de route, nous voilà enfin sur notre lieu de travail… On ne sait toujours pas ce que l’on va faire ! Glynn nous explique (notre boss), que nous allons construire une ferme d’oliviers… et nous allons devoir planter… 150 000 oliviers !!!! Et oui !!! Une paille !! Je vous laisse imaginer la taille du terrain !! Nous sommes dans l’équipe de « pagging », c'est-à-dire que nous allons tirer des lignes droites de 50 mètres, et poser un petit piquet dans le sol tous les 5 mètres… jusqu’à ce qu’on en est planté 150 000 ! Dis comme ça ca fait peur ! Mais si je le dis en parlant argent… de suite, c’est plus interessant, car chaque petit pique nous rapporte 21 centimes de dollars… et que dans une bonne journée, on peu en planter plus de 1500 chacun, ce qui fait $315 par jour, plus de $1500 par semaine, donc plus de $6000 par mois ! Et dis comme ça, c’est beaucoup plus motivant !!! Bon, je dis pas que le travail est facile, surtout qu’on travaille entre 9 et 10 heures par jour, qu’il pleuve ou qu’il vente… Mais tout de même !!! Y’a moyen de se faire de la thune ! Le premier jour, fut d’ailleurs un mauvais jour, car il pleuvait ! Mais on s’en foutait vu qu’on était payé à l’heure, et même payé à l’heure ça le fait !

Ce travail se fait par équipe de deux… Je me retrouve à travailler avec un gars, Steven, un français, plein de piercings, qui refuse de parler français… Je dois dire que je le sens pas trop… mais j’ai pas le choix !

La première journée se passe tranquillement, a moitié sous la pluie… Puis, 17h finis par arriver, et il est l’heure de faire les 45 minutes de trajet retour… Lorsqu’on arrive, il fait déjà nuit pour raconter nos aventures à Flavien que ça fait bien rigoler ! Nous sommes tous les trois super enthousiastes, car on s’aperçoit qu’il y a moyen de se faire les couilles en or ! Inutile de dire que la soirée ne dure que peu, car la fatigue se fait ressentir bien vite !

Nous sommes donc couchés assez tôt, étant donné que dès demain, on viendra nous chercher à 6h…

 

Ce qui est le cas… 6h tapante, Ross, notre superviseur, un gars hyper sympa, est devant la maison. Et on embarque… L’ambiance dans la voiture est… euuuhhh… endormie ! Faut dire qu’à 6h, personne se la ramène !

Nous arrivons donc sur la ferme, prenons tout notre super équipement, et nous voilà parti… pour un autre mauvais jour… vu qu’aujourd’hui, il pleut par averse et il vente ! On casse une première fois notre mètre (enfin, notre 50 mètres je devrais dire) avec Steven… En plus on nous donne un terrain merdique, rien ne va… Mais je garde le sourire, car je sais que je me fais quoi qu’il arrive $200 aujourd’hui ! Par contre, et ça c’est moins sympa, je me suis fait un faux mouvement en plantant un piquet, et depuis j’ai un mal de chien dans le bas du dos… J’ai trop du mal à me baisser, et du coup, la fin de journée n’est que souffrance… Surtout que je suis en charge de tendre le mètre et de le faire droit, du coup je me sers beaucoup de mon dos… La journée devient très très longue ! Mais elle finis par se passer. Le trajet retour est un calvaire, car trouver une place dans la voiture lorsqu’on est 9 dedans, et qu’on a mal au dos, c’est pas facile du tout !

Quoi qu’il en soit, on se rentre, encore avec la nuit, pour passer une courte soirée avec Flavien. Heureusement qu’il est là le bougre !! Dire qu’il doit partir la semaine prochaine, c’est vraiment dommage ! Tiens ça me rappelle que j’ai failli lui acheter son van, mais il choisit finalement de le vendre à ses pôtes qu’il connaît depuis beaucoup plus longtemps que moi, chose très compréhensible. Dommage quand même ! Ca m’aurait bien fait kiffer d’avoir un van ! Enfin, Mars et Sarah se couche assez tôt, je reste un peu avec Flavien, puis finis par capoter à mon tour.

 

Mercredi, déjà, le reveil se fait difficile car mon mal de dos est de pire en pire. Mais il faut que je fasse avec. Je passe les détails sur le trajet, vu que c’est toujours pareil et cela le sera probablement toujours ! La journée s’annonce belle, nuageux mais pas un pet de vent… Nous faisons d’ailleurs un très bon score avec Steven. Pas autant que Mars et Sarah, mais ça ne m’étonne pas ! Surtout que mon dos a été une tare toute la journée, et que le Steven me tape un peu sur les nerfs… Mais une très bonne journée au niveau du travail, on se console comme on peut ! Et, une fois la journée passée, nous voilà de retour, sur le coup des 6h, chez Flavien. Nos vieux rituels commencent, sandwichs à la chaine, tour de vaisselle… On galère à trouver un endroit où dormir, on peux pas squatter chez Flavien eternellement. Ce soir je suis allé récupérer un numéro de téléphone où il y a peut-être moyen de louer quelque chose… Mars essaye d’appeler, mais le téléphone fait des sales bruits, j’essaierai d’aller au bureau demain en rentrant du taff. Janine n’arrête pas de m’appeler aussi, depuis quelques jours, et elle est très interessée par ce boulot, du coup je lui donne quelques clefs pour reussir à se faire embaucher. La soirée passe tranquillement, nous sommes tous de plus en plus crever, j’ai l’impression qu’on me plante un couteau dans le dos à chaque fois que je me lève ou m’asseois, mais on est tous bien content ! La soirée est courte une fois encore, j’essaie de rester avec Flavien un peu, histoire de profiter de sa présence avant qu’il ne soit trop tard, mais je finis par tomber à mon tour… Fais chier, on rencontre un gars vraiment génial, mais il faut qu’il soit à 1 semaine du départ ! Je le considère déjà comme un bon pôte… son départ va fait bizarre !

 

Nous voilà déjà à jeudi… La semaine passe vite lorsqu’on bosse toute la journée… La journée est encore fructueuse. On plante beaucoup de piquets… Mais j’ai de plus en plus de mal à tirer ce putain de mètre droit, étant donné mon dos. Et j’ai aussi de plus en plus de mal à me supporter l’autre Steven… c’est tout à fait le genre de gars que je refuse de fréquenter en France… le genre de gars… cons naturellement… Enfin, faut faire avec ! Je ferme ma gueule et j’encaisse ! Mais je vais avoir du mal à faire ça longtemps ! Quoi qu’il en soit, une journée de plus passe, une bonne journée niveau argent, et donc forcément une bonne journée de marche… Car dans les bonnes journées, on doit bien marcher entre 15 et 20 km pour planter ces putains de piquets roses ! Donc les jambes commencent à se faire lourdes ! Et nous voilà encore de retour chez Flavien… Je fais un saut vite fait au bureau qui gère la location des maisons qu’on a vu, et le gars me dit de repasser demain soir pour avoir un prix et si il y a de la disponibilité ! Pas pressés les Australiens, mais c’est pas nouveau ! Je rentre donc bredouille. On passe une autre de ces soirées autour de bières et de rires. Une autre de ces bonnes soirées entre nous… Une autre de ces courtes soirées… Allez, demain c’est vendredi… plus que deux jours de taff !

 

Vendredi donc… bonne journée encore… rien à redire si ce n’est la rengaine habituelle… Aujourd’hui Steven a fini par prendre le mètre vu que je souffre trop… Mais bon, il est pas très doué pour ça. Autre surprise, en milieu d’après-midi, qui je vois dans une voiture… Janine ! Elle a finis par être prise, cool pour elle ! Et la journée se passe, on fait pas mal d’argent, plus que le tarif horaire en tout cas. Et nous voilà une fois encore rentré. Je passe, une fois de plus, au bureau pour l’accomodation… Et bonne surprise, il reste un appart de dispo, avec 1 lit double et 2 lits simples, dispo dès dimanche ! Bingo ! Je m’arrête au supermarché pour récupérer le numéro d’une masseuse pour mon dos. Et me voilà rentré, pour la dernière soirée de la semaine, nous disant que c’est le dernier jour demain ! Inutile de dire que demain soir on va faire la fête !

 

Nous sommes donc samedi, tout le monde est heureux car c’est le dernier jour. Il y a plein de monde qui est arrivé hier pour bosser, dont Janine, car d’autres étapes vont commencer dans la construction de cette ferme. Nous restons atellés à la même tâche. Une bonne journée s’annonce encore, bon, Steven me tape de plus en plus sur les nerfs, mais j’essaie de lui faire confiance pour ce qui est de tirer le mètre droit… Grossière erreur qui va me revenir cher plus tard ! Enfin, la journée se passe tant bien que mal, et on finis par se rentrer ! Après une bonne douche, un bon petit repas, on commence à s’entamer une bouteille de vodka. Janine pointe le bout de son nez, et elle veux boire quelques shots de vodka… hhmm hmmm… Je ne décrirai pas la tête qu’elle avait ½ heure après avoir bu ses deux petits verres… Moi je commence à être bien fait. Flavien me prête se chaussures à roulettes pour aller au pub… Je fais pas mal le con sur le chemin, ce qui me coûte une belle croûte sur le genoux ! Mais c’est pas grave, ca me fait bien triper ces petites chaussures ! Et nous voilà enfin au pub, euuuh, environ 4 minutes à pied ! Où l’on retrouve une bonne partie de nos collègues de travail. Tout le monde me regarde bizarrement lorsque je commande une bière au comptoir vu que je m’amuse à rouler sur place en attendant qu’on me serve… bien marrant ! On se fait un petit billard, Flavien et Sarah contre Janine et moi… On se fait déchirer, surtout lorsqu’on voit Janine en train d’essayer de viser tout en se tenant à la table pour pas tomber ! Puis de discussions en discussions, de bières en bières, minuit sonne… et… surprise… ce bar ferme à minuit !!! Du coup tout le monde se fait virer ! On se rentre donc chez Flavien, deux autres français, collègues de travail, Corentin et Remi, nous rejoignent pour passer un petit bout de soirée ensemble. Perso, je suis bien fatigué, du coup je me couche assez vite, genre à 1h30, j’suis dans mon pieu en train de roupiller !

 

Le reveil du dimanche est tout de même assez matinal, surtout après une semaine de boulot, mais bon, il fallait qu’on emmenage dans notre nouveau chez nous, et que Mars et Flavien aillent sur Perth pour faire quelques courses. Nous voilà donc arrivé chez nous, un très beau petit appartement, ma chambre est sur la mezzanine… Tout est équipé, micro-ondes, machine à laver, télé, congélo, la totale ! C’est vraiment sympa. On va vivre comme des coques en pâte içi ! Mars et Flavien se bougent de suite pour faire la route jusqu’à Perth, et me laisse au passage à la cabine téléphonique, car je dois appeler la masseuse pour prendre rendez-vous. Et voilà, rendez-vous prit pour 15h. Je reviens donc chez nous en attendant, où je croise Sarah qui essaye de monter sa ligne de canne à pêche desespérement. Je le fais donc pour elle, puis l’heure d’aller au massage sonne vite… aaahhh… le massage… merveilleuse invention… surtout quand on a mal au dos. Bonne surprise qui plus est, c’est une physio-thérapiste, ce qui fait qu’elle a vraiment travaillé sur le point qui me faisait mal… Et en sortant de là… elle se tait la douleur, elle se tait ! Quel plaisir !!! Du coup je me rentre vite à l’appart pour aller chercher mon ordi et passer une petite heure sur le net. J’y croise plein de monde, maintenant que j’ai plus que 6h de décalage avec la France… et j’en profite pour fixer un rendez-vous dimanche prochain, entre 8h et 12h en France, pour avoir un chat avec tous ceux qui auront le message ! Vivement dimanche prochain ! La boutique ferme à 17h, je me rentre donc à la maison, où je me pose et me repose en pensant à la semaine prochaine. Sarah rentre peu de temps après de sa pêche, infructueuse, frigorifiée. Mars et Flavien arrivent vers 19h. On se fait un petit repas frugal, buvons quelques bières, puis allons nous coucher. Notre première nuit dans notre chez nous. La première fois que j’ai mon appartement depuis bien bien longtemps… Ca fait bizarre !!!

 

Et la semaine recommence… lundi… 5h30… le réveil retentit… C’est le début d’une longue semaine de travail ! Par contre, mon dos ne me fait plus souffrir d’un yota !! Du coup je me lève avec un grand sourire ! Mais c’était sans compter sur les retrouvailles avec mon partenaire de boulot tant adoré… Et c’était sans compter sur la nouvelle du jour… On demande à mettre la radio dans la voiture sur le trajet, et connaître qui est notre nouveau président de la république… Et après 15 minutes d’attente… les news retentissent… Nicolas Sarkozy est le nouveau président de la France. Un grand blanc s’empare de la voiture. Les visages se ferment, le sourire s’efface. Tout le monde est dégouté, c’est un truc à flinguer la journée ça ! On finis par arriver au taff, et nous voilà reparti sur notre terrain avec Steven. Je le laisse continuer à tendre le mètre droit… grossière erreur que je paierai très vite. La journée est assez bonne, on fait une bonne moyenne, plus que le tarif horaire. On se rentre donc à la maison, où Flavien nous attends. Il a plus d’électricité chez lui, du coup on l’a laissé squatter chez nous, c’est le moins qu’on puisse faire après son énorme gentillesse ! Et on passe une autre de ces petites soirées tranquillounette. Chacun se couche assez tôt une fois encore, et c’est tant mieux vu la journée qui nous attend demain, mais on n’en sait rien pour l’instant !

 

Nous sommes donc mardi, pas trop de mal à se lever, bon, toujours un peu la pilule Sarkozy qui a du mal à passer, mais on doit aller bosser. Une fois sur place, l’autre con de Steven me dit qu’aujourd’hui il est pas content, sa copine l’a appelé et disputé, ou je ne sais quoi. Rien à branler, moi je veux faire mon chiffre ! Et en effet, il a trainé les pieds toute la journée… Un léger vent souffle le matin, ce qui fait que je reprends ma place de tendeur de mètre. Heureusement d’ailleurs !!! Du coup, entre le vent, et lui qui n’est pas motivé, à 12h, on a un chiffre absolument nullissime ! Jusqu’à ce que s’amène Ross qui nous ramène avec tout le monde, on a une réunion de groupe. Glyn, notre grand chef, est pas content, du coup, il nous fait un petit speech sur ce qui va pas… Histoire de bien démotiver tout le monde ! Et après ce petit discours qui n’a servi à rien, voilà qu’on est assigné à une nouvelle tâche… Et pas des moindre, le « raming » ! En gros, après avoir planté nos petits piquets dans le sol, d’autres passent derriere nous pour planter des gros piquets de 1m80 par-dessus. Puis d’autres encore passent, armé d’un espèce de tube en métal auquel est soudé deux anses pour les enfoncer dans le sol… C’est ce que j’ai fait tout l’après-midi… Et ce bazar pèse la bagatelle de 20kg ! Alors va soulever ça, au-dessus de ta tête pour le faire s’écraser le plus violemment possible sur le grand piquet de bois afin de l’enfoncer dans le sol, et ce au minimum 6 fois par piquets !!! C’est, tout simplement, erreintant !!! Bon, dans l’après-midi, j’ai quand-même réussi à en faire plus de 200, ce qui est l’un des meilleurs scores, mais faut voir l’état de mes mains et le temps que je mettais à enfoncer les derniers ! Cette partie du boulot est vraiment incroyablement dure ! Je profite d’un moment où je suis seul avec Ross, notre superviseur, pour lui dire que ça va plus du tout avec Steven, et que ce serait bien de revoir les équipes… Et il me dit qu’enfin il comprend qui est le problème dans notre équipe… Il me dit qu’on va changer ça dès que possible.

Du coup, quand on est rentré le soir, on la ramenait pas trop !! J’avais les mains en feu, les bras qui tiraient, surtout que, comme tout le monde le sait, je suis quelqu’un de très musclé !! D’ailleurs ce soir là, on ne voit pas Flavien… C’est donc demain la dernière fois qu’on le verra…

 

Et demain arriva, 5h30 le réveil résonne… J’ai bien cru qu’il allait faire un vol plané ! Mais bon, nous voilà reparti pour une longue journée… Et une fois sur place, surprise, pas de pagging… Et oui… Ross est allé faire un tour sur nos champs, et il s’est aperçu que ca n’allait pas du tout ! Et en effet, une fois sur place… Surprise !! Tout ce qu’on avait fait lorsque Steven devait tirer le mètre droit… n’est pas droit ! Complétement courbé ! De la merde quoi !!! Merci encore connard de Steven ! Et voilà qu’on est assigné à réparer la merde qu’on a fait, sans être payé bien sur vu que c’est notre merde ! Grrrrr !!!! Et voilà presque 3h sans être payé qui passent ! Et lorsqu’on se lève à 5h30 du mat, ça fait rager !!! Bon, on finis par en arriver presque au bout, et là, toujours pas de pagging, on va encore faire ce raming toute la journée ! Et nous voilà parti, pour deux heures de raming. Bon, ce coup-ci, je me foule pas, vu que je l’ai bien mauvaise ! J’en fais beaucoup moins que hier ! Ross fini par venir nous chercher, Steven et moi, et nous assigne à une autre tâche… Couper les piquets et les peindre, en vue d’être planté plus tard par… nous même !!! Bon, bien entendu, Steven, fidèle à lui-même, est un branlo même pour ça ! Incapable de se servir correctement de la scie, il arrive quand-même à se demerder pour peindre ! Au moins ça quoi ! On fait ça pendant une heure, puis la journée est enfin terminée ! Surement la pire que j’ai eu jusqu’à présent ! Et nous voilà enfin rentré chez nous vers 18h ! Flavien nous rejoint vite, accompagné de son voison, Christophe, un français, sympatoche aussi. On passe donc un bout de soirée ensemble, autour d’une pizza et de quelques bières. En cours de la soirée, en cassant du sucre sur le dos de Janine, voilà t’il pas que je reçois un coup de fil de cette dernière… Elle arrive et sera là dans 5 minutes ! Ce qui fait bien rire tout le monde, moi y compris ! Et du coup elle nous rejoint, mais pas de chance pour elle, elle se retrouve entouré de français, et on a beau faire un peu l’effort de parler anglais, le français fuse dans tous les sens… Je pense qu’elle s’est quand même pas mal chier. Flavien et Christophe la ramènent chez elle, nous disons aurevoir à Flavien… Un aurevoir de plus ! Un aurevoir difficile de plus ! Et la soirée se termine, demain rebelotte, en espérant que la journée se passe un peu mieux…

 

Et non ! Pas de cul, voilà que, lorsqu’on arrive, le vent souffle comme jamais ! Impossible de tirer une ligne droite ! Enfin, impossible, non, vu que j’y arrive (j’commence à être pas mal habituer), mais ça prend super longtemps. Bonne nouvelle par contre, j’ai changé d’équipier !! Ross, c’est vraiment un bon chef ! Je suis maintenant avec Freddy, un allemand super sympa ! Bon, c’est pas un gars très motivé non plus, il m’a l’air un peu feignant, mais au moins je le kiffe bien ! Bon, inutile de dire qu’on a pas fait un super chiffre ce matin là. Mars et Sarah on d’ailleurs pété un cable et dit à Ross qu’il voulait se barrer. Ross finit par les changer de boulot pour la journée. Mars plante et refixe les gros piquets, Sarah conduit la voiture avec Janine. Nous on essaye d’avancer doucement avec Freddy, mais à 12h, on demande à faire quelque chose d’autre. C’est vraiment impossible ! Du coup, nous voilà assigné au plantage de piquets aussi. Ce qui est nettement plus facile ! Un marteau à la main, on avance de piquets en piquets, et on plante ! Trop tranquille ! Et la journée passe ainsi. Encore une journée où je ne fais que guère d’argent, mais au moins je le prends à la cool. Et on finit donc par se rentrer, un peu dégouté quand même. Mars et Sarah décident d’arrêter de bosser mercredi prochain. Encore un aurevoir difficile en perspective. On passe la soirée tous les trois, devant un film, puis on se couche bien vite, demain est la dernière journée de la semaine !

 

Et nous voilà donc enfin à vendredi, tant attendu, tant espéré, car ce soir c’est enfin le week-end. Je suis toujours avec Freddy, à mon grand bonheur. Le vent souffle toujours autant, à notre grand malheur. On galère un bon moment avec Freddy à réparer la merde qu’on a fait avec Steven quelques jours auparavant, puis on finit par enfin se remettre au boulot, au vrai. Mais c’est vraiment la merde avec le vent. On nous conduit alors sur un terrain à l’autre bout, super éloigné des autres, soi-disant un peu plus abrité du vent. Ce qui n’est pas le cas. Mais heureusement le vent finit par tomber, on galère un peu à démarrer le boulot car le terrain est un peu bizarrement foutu, mais on finit par s’y mettre. Et lorsque midi sonne, on avait réussi à sauver un peu les meubles. Manque de pot, on avait oublié de prendre de l’eau, et on a du bosser toute la matinée sans boire, ce qui est limite un supplice sous ce soleil !!

Au final, en milieu d’après-midi on finit par rejoindre Mars et Sarah sur le terrain habituel, et on termine la journée à leur côté. On a réussi à sauver les meubles en gagnant environ $150 aujourd’hui. Ooouf, au moins ça.

On se rentre donc à la maison, prenons une bonne douche, et entamons quelques bières. Lorsque, sans crier gare, trois de nos collègues passent nous faire un petit coucou, deux français et Freddy. On boit un coup tous ensemble, puis on file chez eux pour passer la soirée, là où toute l’équipe vit. Les gens sont divisés en deux groupes. L’un d’eux est en pleine partie de poker, donc pas très réceptive à la discussion, et l’autre posé autour d’une table. On se pose donc avec eux. Janine est à mes côtés, plutôt bien torché d’ailleurs. Elle a surement du boire un verre de vin ! On passe ainsi un petit bout de soirée. L’un de nos collègues, Anthony, et incroyable à jouer de la guitare. Je discute un peu avec Janine et elle me propose, à ma grande surprise, de partager son lit lorsque Mars et Sarah seront parti (car je n’aurai plus d’endroit où dormir, problème en perspective). Mais bon, elle était torchée, j’en reparlerai avec elle lorsqu’elle sera désaoulée. Mais la soirée me gonfle un peu, je me rentre donc, assez tôt faut quand même l’admettre. La pluie menace, l’orage gronde au loin, le week-end arrive. Demain je dors, enfin !!!

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Syndication :

Précédent - Suivant - Retour à la liste des messages

Par Bryan le cap

le 20/05/2007 à 13:59:16

Il faut acheter mon album

Répondre à ce commentaire

Par fabi

le 20/05/2007 à 17:59:32

Eh bé, entre le raming, le pagging, tu dois te faire des muscles en acier dis donc !!
Et même pas de photo des hommes en action !! tache de t'en faire prendre au moins une par ton collègue Allemand !
G bisous
Fabi.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty